Pétition « Sauvons le bocage en Bretagne Romantique! »

SAUVONS LE BOCAGE ! En Bretagne Romantique

Lettre ouverte du Collectif de défense du bocage de Bretagne Romantique, aux citoyens, aux exploitants agricoles et aux élus du territoire.

D’année en année, le bocage de Bretagne Romantique disparaît. Sur la commune de la Chapelle-aux-Filtzméens, entre les hameaux de Trémabon, du Bouillon, de La Courbe, du Vault Picot, de Visseiche, du Tertre, de Launay et de la Rue Santé, les talus sont méthodiquement arasés et leurs chênes abattus. En 20 ans le paysage a été considérablement modifié.

Photo (source IGN) : disparition du bocage depuis les années 2000, dans le secteur entre Rue Santé et Launay.

Les destructions ont commencé en 2018, peu après que l’élevage de vaches laitières de Tremabon a cessé son activité. Les terres ont été rapidement reprises par un GAEC (groupement agricole d’exploitation en commun) de Combourg. L’arasement des talus vise à rassembler les parcelles afin de faciliter les travaux agricoles et augmenter les surfaces.

En novembre 2019, un premier signalement avait été effectué auprès de la Communauté de communes de Bretagne Romantique. Sollicité, le Syndicat du bassin versant du Linon avait répondu que le PLU de La Chapelle-aux-Filtzméens ne protégeait malheureusement pas les haies détruites et qu’il appartenait à l’avenir à la Communauté de communes de mieux protéger son bocage dans le cadre de l’élaboration de son PLUI.

En mars 2022, un nouveau signalement d’abattage sauvage a été effectué auprès de la Mairie de la Chapelle-aux-Filtzméens. Le maire, Benoit  VIART, s’est immédiatement rendu sur les lieux et a constaté l’abattage d’arbres et l’arasement de plusieurs talus. Par courrier écrit, il a mis en demeure le GAEC exploitant de compenser le préjudice subi : reconstitution de 3 mètres pour 1 mètre de talus arasé et replantage de 3 arbres pour un arbre abattu. Il lui a rappelé l’obligation de demander une autorisation pour effectuer ce type de travaux. Le recensement récent de la totalité du bocage sur le territoire de la commune permet désormais d’évaluer précisément ces destructions.

La mise en demeure du Maire prenait appui sur une délibération de la Communauté de communes du 24 février 2022 qui oblige au dépôt d’une déclaration préalable pour les « coupes et abattages d’arbres isolés, haies, réseaux de haies et de plantation d’alignements ».

Le Collectif de défense rappelle les services incomparables rendus par le bocage* :

  • La gestion des écoulements :
    ◦ protection des milieux aquatiques des substances polluantes
    ◦ limitation des crues
    ◦ stockage de l’eau puis restitution en période sèche
  • La lutte contre l’érosion des sols.
  • L’épuration de l’eau.
  • La production de bois.
  • Une aide à la biodiversité : habitats, nourriture, corridors écologiques…
  • Une protection du bétail contre le vent et le soleil.

Les opérations de remembrement ont commencé en Bretagne dans les années 70. Plus de 200 000 kilomètres de linéaires bocagers ont disparu. On dispose donc désormais de 50 ans de recul pour constater les effets délétères de cette politique. Les communautés de communes s’efforcent désormais de restaurer les talus et de replanter, avec l’aide de l’État.

Néanmoins, avant même de réparer ne faut-il pas simplement arrêter de détruire ?

Le Collectif de défense du bocage de Bretagne Romantique demande :

  • Aux exploitants agricoles sur le territoire, de cesser les destructions de talus et de haies, le bénéfice individuel qu’ils en retirent apparaissant dérisoire au regard des atteintes au Bien Commun.
  • À la Communauté de communes et aux 25 maires  du territoire, de faire respecter avec fermeté la délibération du 24 février 2022 interdisant l’abattage d’aucun arbre sans autorisation formelle.

(*) Source : Communauté de communes de Bretagne Romantique – Service Transition écologique

 
Aidez-nous à sauver le bocage en signant cette pétition et partagez-là autour de vous !
Merci à tous pour vos actions ! A plusieurs nous sommes plus forts !
 
Source : Queb’Rando
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *