Séance “conduite” aux longues rênes

J’avais présenté dans un article antérieur les circonstances de ma rencontre avec cet outil magique et fascinant (une fois qu’on y a goûté on à du mal à les lâcher !!!) : les longues rênes.

Il s’agit d’une paire de… rênes « longues » (sans blague !), d’une longueur totale (rênes dépliées) comprise entre 8m (pour un travail « collé aux fesses », à réserver aux experts !) et 16 voire 18m (idéale pour le travail à l’obstacle et à des allures vives, où l’ont est heureux d’avoir de la place !!!) ; la longueur idéal pour l’usage que j’en fais est de 12 à 14m, soit l’équivalent du diamètre du cercle de travail ou, top du top, du rond de longe disponible !

Mon approche et mon utilisation des longues rênes est essentiellement orientée vers le travail « gymnastique » du cheval, afin d’améliorer sa locomotion mais aussi de développer des compétences transversales telles que le contrôle de la direction et de la vitesse, et le développement de la réactivité du cheval aux aides du cavalier ; les « meneurs » parmi nous sauraient vous en dire plus sur l’emploi des longues rênes dans l’éducation du cheval d’attelage, je les invite à nous écrire un petit article sur le sujet !!!

Tout d’abord, voici quelques généralités sur le travail à pied au sens large (lorsque le cavalier est à terre !) :

Faire tourner son cheval autour de soi sans objectif précis ne sert pas à grand chose, et peut entraîner parfois des troubles mécaniques si c’est mal fait : avec un enrênement mal ajusté, si on laisse le cheval évoluer en “contre-incurvation”, c’est à dire la gueule à l’envers pour parler poliment, basculer sa nuque (mettre la tête de travers par rapport à l’axe de l’encolure) ou s’encapuchonner (plaquer sa tête contre le poitrail), si le cheval travaille trop “creux” (tête en l’air et sans tendre ni monter son dos) bref, si c’est fait “en vrac! D’autre part si le cavalier, ou plutôt longeur (à la longe), ou meneur (aux longues rênes) ou “téléguideur” (en liberté!), ne sais pas quoi observer ni comment et quand intervenir, il risque de ne pas trouver sa place, de s’ennuyer ferme, d’avoir le tournis… et mal aux genoux à force de faire du sur place !

Séance "conduite" aux longues rênes
A éviter : Absence de contact, cheval en contre-incurvation, couché sur son cercle...

Séance "conduite" aux longues rênes
A éviter: Contact figé, cheval qui se plaque, risque de contractures diverses!

A encourager : diverses attitudes “positives” sont possibles, selon vos attentes en matière d’engagement, d’équilibre, de légèreté etc !):

Voir http://www.mesnilsaintlaurent.ffe.com

Pour commencer, il faut donc se fixer des “observables” (choses à observer pour juger de la qualité du déplacement et de la réponse du cheval aux indications du cavalier):

attitude du cheval par rapport à la main : éviter toute contraction et tout relâchement abusif qui signifie une perte de contact, privilégier le même contact doux et moelleux qu’on cherche à développer en selle, comme si on avait des petits oiseaux dans les mains, oh comme c’est mignon!!! Heureusement qu’on n’a pas vraiment des oiseaux dans les mains, les pauvres ne survivraient pas longtemps le plus souvent…

qualité du déplacement : l’amplitude des foulées du pas doit au minimum permettre au cheval de couvrir la trace des antérieurs avec les postérieurs = cheval qui se “juge”, ou mieux de se “méjuger” – lorsque le postérieur se pose devant la trace de l’antérieur correspondant; le cheval qui se déjuge, sauf handicap de conformation (cheval très looooooong!), est en sous-impulsion, on dit qu’il n'”engage” pas. Au trot, les battues doivent être régulières et cadencées, à deux temps bien distincts, ce qui n’est pas toujours le cas dès qu’on prend la peine d’observer précisément! Au galop, le cheval doit conserver le pli intérieur (bout du nez vers le milieu) et ne doit pas se coucher sur le cercle.

Et c’est parti : première séance : “conduite” aux longues rênes !


Enjeux clés de la séance: apprentissage et affinement de la direction, maîtrise de la conduite “à distance”

Dispositif:

2 plots diamétralement opposés, placés à l’intérieur de la piste, ou simplement espacés de 10 à 15m en cas de séance hors rond de longe (la place du cavalier étant au milieu de l’axe constitué par les deux plots)!

Phase de détente :

Détente progressive – j’accorde toujours environ 5′ de détente sans consigne en début de séance: en cas de gaz à lâcher, ça doit se faire dans les 2 premières minutes mais pas plus, et dans le respect de la sécurité du cavalier: puis progressivement, reprendre le contrôle de la bête en demandant un retour au calme puis un pas actif, d’autant plus actif que le cheval a de l’énergie à offrir. Ensuite, on va pouvoir demander au cheval de commencer à évoluer sur son cercle, en passant au large des plots. On peut ainsi l’échauffer aux deux mains et aux trois allures, en mettant progressivement en place les codes vocaux (et posturaux !) relatifs aux transitions d’allure : pour ralentir, la voix baisse de tonalité, le cavalier peut se déplacer légèrement vers les épaules pour « freiner » le cheval ; pour accélérer, la voix adopte un ton dynamique, le cavalier peut se déplacer légèrement vers les hanches pour « pousser » le cheval !…

Phase de « structuration » :

Pour changer de main, il faut maîtriser la subtile technique de la demi-volte renversée: c’est alors que les plots vont nous servir. L’objectif de la séance étant de conduire le cheval sur un tracé précis, le premier changement de main (au pas) va être l’occasion d’ajuster la manœuvre de façon à contourner l’un des plots, et rejoindre la piste dans le sens contraire avant d’atteindre le plot suivant.

Décomposons: à main droite, demander au cheval de quitter la piste avant le niveau du premier plot, sur l’action d’une rêne d’opposition droite – la main du meneur revient vers lui, la rêne droite se tend. Dès que le cheval a quitté la piste, enchaîner de façon fluide sur une action de la main gauche, en faisant coulisser les rênes entre les mains et en inversant l’action des mains : la main droite « rend », la main gauche « tend », pour amener le cheval à contourner le plot et rejoindre la piste à main gauche.

Le cheval ne doit pas se retrouver un instant dans le “flou”, le mouvement doit être fluide et gracieux! Pour éviter tout saucissonage, la main extérieure doit contrôler le mouvement des épaules en prenant le relais de la rêne d’opposition, dès que la “sortie de piste” est amorcée!…

Séance "conduite" aux longues rênes

Lorsque ce mouvement est – parfaitement! – maîtrisé au pas et aux deux mains (ce qui peut faire l’objet exclusif de la première partie de cette séance!), on peut envisager de passer à la vitesse supérieure, en veillant à conserver l’impulsion pour ne pas laisser le cheval s'”éteindre” dans le virage : aide vocale, posture du meneur, action de la chambrière si on aime s’emmêler les pinceaux, ou de la longue rêne extérieure sur la fesse paresseuse! Sachant qu’un cheval qui n’a pas encore développé son équilibre latéral et s’initie aux joies de la direction peut difficilement conserver le trot sur cet exercice dès les premiers essais: prévoir une courbe large!

Phase d’entraînement/autonomisation:

Pour vérifier la parfaite disponibilité du cheval aux indications de son cavalier, voici un bon exercice d’approfondissement: le huit de chiffre (qui justifie la présence de 2 plots!).

Au pas pour commencer, puis au trot, voire au galop, lorsque le cheval en est capable et si l’espace d’évolution et la longueur des rênes sont adaptés, il s’agit de tracer cette fois un “huit” autour des deux plots: le cheval quitte la piste juste après avoir franchi le premier plot, se dirige vers le second pour le contourner à l’autre main, et revient rejoindre la piste à la main initiale derrière le plot de départ.

Et le cavalier pendant ce temps? Il peut choisir de rester à l’intérieur du demi-cercle délimité par la piste et l’axe des plots, ou de se positionner de part et d’autre de cet axe au fil de la progression de son cheval, en veillant à se trouver juste derrière lui au moment où le cheval entame son demi-cercle autour du second plot (il faut tenter l’exercice pour mieux visualiser la chorégraphie!)

Ne pas oublier de ménager une période de retour au calme, au trot puis au pas sur le cercle avant la fin de la séance, sur des transitions descendantes progressives!

Transferts/réinvestissements/prolongements:

Cette séance peut également être transposée « en selle »: le cavalier veillera alors à l’incurvation de son cheval autour de l’axe de sa jambe intérieure (les actions de mains étant de préférence consacrées à la recherche du contact moelleux… petit oiseau, où es-tu?), et assurera l’équilibre latéral de son cheval en évitant de se laisser emporter par la force centrifuge: épaules “de niveau”, buste orienté dans la bonne direction… si le cheval se couche dans les virages, le rééquilibrer en mettant du poids sur la fesse et l’étrier extérieurs…

Tout un programme : voilà comment un simple 8 au pas peut devenir un exercice de gymnastique complet pour cheval et cavalier! Au centre du 8, le cheval doit être droit du bout du nez à la queue, le cavalier en équilibre égal sur ses deux fesses, les mains au même niveau et à la même hauteur… Si ce n’est pas le cas, on marche large pour tout remettre dans l’axe, on se remet bien en avant (départ au trot actif sur des transitions franches) et on reprend l’exercice: au pas, au trot, puis au galop… avec changement de pied en X bien sûr!!!
On peut également poursuivre cette séance en liberté: le choix de la posture du cavalier prendra alors tout son sens: “aspirer” le cheval pour lui faire quitter la piste, lui indiquer le changement de direction par un mouvement en direction de ses épaules ou de ses hanches… question de feeling et de timing!!!

La prochaine fois : une séance d’approfondissement intitulée “conduite en finesse !”

Nadia

Articles similaires